affiche_circulez affiche_circulez08

http://www.paris-normandie.fr/detail_communes/articles/1656418/region/une-journee-gourmande#.VEFNII1OJYc

En 2014, les « mémoires de quartiers » ont poursuivi leurs routes…

J’ai eu la chance de les accompagner cette fois encore, la troisième… avec la ville de Dieppe et nombre de ses services, avec un collectif de partenaires de terrain, avec les habitants jeunes et adultes…
Comment j’aborde le projet et cela depuis le début ?

…Je marche, beaucoup… Je coupe et recoupe les quartiers et leurs géographies… Je découvre les nouveaux et les futurs axes, ceux pour les véhicules ceux pour les piétons… J’imagine comment cela sera traversé, ouvert, désenclavé… Il m’arrive de rêver… Il m’arrive de me laisser porter par quelque utopie…

… Je parle beaucoup, aussi, avec les habitant(e)s… Quand on se rencontre, le sourire n’est pas rare, parfois on échange un mot ou deux… Quand le temps est possible, il arrive qu’on se raconte ce qu’on sent, ce qu’on voit,ce qu’on voudrait… ce dont on se souvient, ce qu’on pense pour demain…

… Je regarde beaucoup et j’écoute souvent… Un quartier c’est une réalité de vies individuelles, un quartier c’est une réalité collective, un quartier c’est une histoire qui s’écrit chaque jour…Quelle expérience de se poser ici ou là de ne plus bouger d’ouvrir toutes les fenêtres de ses propres sens…Ce n’est décidément pas pour rien qu’on dit « écouter battre le cœur de la ville. » Ce n’est pas qu’une image.

… Je respire profondément aussi…

J’aime sentir, en fonction du vent de mer ou de terre, en fonction de l’heure, celle du repas, (midi et ses odeurs de friture et de petits oignons !) celle du flux des voitures …

En 2014, ça creuse, ça retourne, ça construit et déconstruit, encore un peu partout, ça tractopelle, ça joue de la grue et du bull…

Une idée vient…

Un quartier, une ville, ce sont des tissages complexes de réseaux… fils et gaines pour transporter l’eau, l’électricité… Tuyaux, poubelles pour les évacuations… Routes et chemins pour les gens…

Lier, relier connecter, brancher… Tout cela est tellement humain et doit tellement servir l’humanité… Humain, humus ( terre en latin)… On enterre les réseaux matériels ils ressortent en eau claire au robinet, en électricité, éclairage et chauffage …

« pour mieux être, mieux vivre… ensemble »

Un quartier une ville ce sont également des réseaux de communications inouïs. Individuels, familiaux, sociaux, institutionnels…Vivre ensemble et en nombre, c’est une des choses les plus complexes et les plus incontournables… c’est la quête du début de l’humanité justement, ensemble pour se protéger, pour partager, pour inventer… » Pour tout ce qui fait espoir … » (pour cette fois on laissera le versant plus obscur de côté…)

Pour moi, un rénovation urbaine porte tout cela et je trouve que c’est une bonne idée qu’au-delà du matériel on offre à l’artiste un champ de liberté et d’imaginaire…

En 2014 donc, fort d’être ensemble, nous avons marché, parlé, respiré et inventé un événement-performance autour du sens de la communication. Avec plus de cent enfants de cours moyens, nous avons écrit environ 500 poèmes, textes surréalistes, textes pour se penser demain… Puis nous avons expérimenté des façons de les « dire »… Justement en utilisant des « réseaux de tuyaux »… Puis nous avons convié des adultes à « jouer » cette préfiguration avec nous… Honnêtement, quelles parties de plaisir, de magie et « d’émerveillance… » Puis…Il n’y avait plus qu’à ouvrir ce grand jeu aux quartiers, à le décliner avec les idées et réflexions de tous, à inventer des réseaux parallèles …

__Alors, les 18 octobre à Neuville et le 8 novembre au Val Druel, __ Les tuyaux seront partout, ils parleront et feront parler, ils traverseront des espaces un peu démesurés, sortiront de fenêtres, s’installeront dans les bib-ludo et ailleurs… Autour d’eux on valorisera la web-radio, la parole musicale, les téléphones tranches de vies…On « écrira-affichera-dira-lira » des réflexions pour aujourd’hui et demain…On inventera, en réel, l’histoire de jeunes facteurs messagers en patinette, on mettra les sens en émoi lors de parcours étranges et aussi en nous associant à un « festival des gourmandises », on sera au cœur de l’idée que la vie c’est un mouvement…

Ensemble et fier de l’être, c’est parfois possible et, l’art qui transforme, justement, peut y aider…

Gilbert Rault.